vendredi 24 mars 2017

Le cap.

Quand une mère se pose l' éternelle question de savoir si elle est une bonne mère, il est coutume de dire que le seul fait qu' elle se la pose fait d 'elle une bonne maman. Oui mais... et encore?

Il y a 10 ans, après un véritable choc dans ma vie conjugale, je pris mon enfant, mon tout petit, sous le bras, et nous nous reconstruisîmes. L' un autour de l' autre, l' un donnant la force à l 'autre.
Je n' ai jamais menti à mon fils, mon tout petit. 
J' ai toujours su trouver les mots, et j' ai toujours adapté l' histoire que je lui racontais avec des mots qu' il pouvait entendre et comprendre. 
J' ai toujours essayé de lui apporter un récit de ce que je pensai être le plus juste. Le bon comme le mauvais, mes atouts comme mes faiblesses, lui raconter, ce qu' est la joie, et ce qu' est la peine. 
J'ai toujours favorisé la connaissance à l' ignorance, et j' ai toujours répondu à ses questions. 
J' ai toujours respecté son identité, mon identité, notre passé, notre présent, afin de protéger notre futur. 

Ce futur j' y pensai, oui, je le regardais de là bas, et je me disais que la route allait être encore longue, et que les pavés que j' avais déposé au début du chemin nous assuraient une bonne tenue de route. 
Et nous avons tenu bon la barre, nous n' avons jamais quitté le chemin, tout les deux main dans la main. 

Aujourd'hui, quand je regarde derrière moi, je pense que je n' ai pas été un si mauvais capitaine. 
Je n' ai jamais fourvoyé mon petit matelot, et il me le rend bien, mon tout petit. 
Et, alors que la houle s 'annonce, et que la tempête gronde je me dis que, peut être, je ne m' étais pas assez bien préparée à ce futur qui est devenu mon présent. 
Mon petit matelot, est là, et je dois lui faire traverser cette houle, sans qu' il ne se noie. Je doit garder les yeux bien fixes sur notre cap, et rester telle que je l' ai toujours été. Ne jamais mentir, toujours raconter sa vérité, adapter le langage, lui montrer la joie, et la peine. 
Comme tout bon capitaine, les questions fusent, ne devrais je pas planter l' ancre, et attendre? Les pavés étaient ils assez lestés, assez lourds, pour nous faire tenir bon le cap? N' aurais je pas du prendre un autre chemin, ne lui montrer que la joie, ne lui montrer qu' un monde ou tout serait utopie?
Mais si je l' avais fait, la tempête s' avérerait peut être ( surement) plus rude encore! 
Alors non, finalement je me dis peut être qu' être maman c 'est aussi savoir leur faire confiance, et leur montrer le monde tel qu' il est, les gens tels qu' ils le sont, et les tempêtes telles qu' elles arrivent. 
Alors non, finalement je me dis peut être qu' être maman, c 'est aussi descendre a fond de cale et leur remonter un bon ciré jaune, et leur tenir la main quand ils affrontent la tempête avec nous. 

Aujourd’hui je me rend compte, que personne, non personne, ne pourra juger un jour mes qualités de mère. j' ai déjà affronté des tempêtes, et celle la ne me fait pas plus peur. Je tiendrai bon le cap, parce que je viens de comprendre, que personne d 'autre que moi ne peux le faire aussi bien que moi. 
Bien sur j' aurai aimé que mon matelot n' aie jamais a porter ce ciré jaune. Mais la vie est ainsi faite, de gens bien ou mal intentionnés, de retardataires de la vie qui chamboulent tout à leur arrivée sans se soucier des conséquences, de gens bons, de gens mauvais, et il fait partie des rôles du capitaine de montrer le chemin et de tenir bon face a la houle. 
J' espère juste que le ciré que je t ' aurai donné mon petit matelot, fera bien son office. 
J' espère juste que cette tempête fera de toi un matelot plus aguerri, et plus expérimenté dans les choses de la vie. 
J' espère juste qu' un jour tu comprendras, que toute ma vie, je l' ai passée a essayer d 'être la meilleure mère possible pour toi, et que toute ma vie, je n' ai voulu que le meilleur pour toi. J' espère juste qu' un jour tu comprendras que la vie n' est pas faite d 'utopies, et que malheureusement, même moi, ta maman, je ne pourrai pas te protéger de certaines choses personnes.
Mais, que la Vie m' en sois témoin, je te relèverai TOUJOURS de tes chutes, comme tu as su me relever des miennes il y a déjà 10 ans. Nous allons affronter la tempête ensemble mon matelot, a nous maintenir le cap et d' être fiers de qui nous sommes. 
A moi d 'être fière d 'être une bonne maman. 
A moi de ne craindre aucun jugement, aucun regrets. 
A moi de regarder loin devant, car, après la pluie viens toujours le beau temps!
Je t 'aime mon matelot.  

vendredi 10 mars 2017

La prise de Conscience

Depuis 4 ans maintenant, mon Pommier et moi attendons ce fameux jour, où nous irons chercher notre enfant venu d' ailleurs. 
Alors que personne dans notre entourage ne comprenait à l' époque les motivations que nous avions, amis, famille, connaissances, ont bien du se resigner au fait que nous allions aller chercher cet enfant. Qu'ils le comprennent ou pas. 
Nos amis, nos familles, ne comprendrons peut etre jamais ce projet, qui est le NOTRE. Et, même si je souhaiterai pouvoir crier a la face du monde les pourquois, je crois que je n' y arriverai pas. Les mots ne sortent pas, et je suis lassée des demandes de justifications. 
Alors, nous menons notre projet, et nous nous preparons. 
Depuis 4 ans maintenant, nous grandissons avec notre projet, comme pourrait grandir un foetus dans le ventre de sa mere. Jusqu' au jour où, bientot, nous serons les parents d' un enfant... special. 
Special? pourquoi? parce que cet enfant sera tout simplement un survivant, parce qu' il ne sera pas arrivé jusqu' a nous as hasard, parce qu' avec lui nous serons des parents speciaux, des parents adoptifs, des parents qui auront bien des obstacles a surmonter avant d' etre les adultes que cet enfant aimera. 
Depuis 4 ans, nous essayons d' expliquer, de faire comprendre, de faire prendre conscience de ce qu' implique l' adoption pour un enfant. 
Nous avons elargie notre culture de l' adoption, nous l' avons fait murir, nous y avons reflechi, nous avons grandi dans cette culture de l' adoption. 
Mais notre entourage? 
Mais nos amis?
Mais ceux qui ne comprennent toujours pas le pourquoi? Comment pourraient il comprendre le comment? 

Johanne Lemieux, est une psychotherapeute specialisee dans l' adoption, auteure de nombreux livres, dont " la normalité adoptive", que je conseille a tout le monde. 
Elle est une figure unique dans le monde de l' adoption, et possede ce don rare qu 'est l expressibilité des mots. 

J' ecris cet article aujourdhui pour tous ceux qui sont en train, vont, ou aimeraient adopter. 
J' ecris cet article aujourdhui pour tous ceux qui ont ou auront un jour dans leur vie a interagir avec un enfant qui aura fait l' objet d 'une adoption. 
J' ecris cet article pour que tous, vous compreniez, comment se construit un enfant en attente de parents, 

Merci Johanne Lemieux pour les mots qui vont suivre,  


"  Bonjour Grand-Papa, bonjour Grand-Maman

Je m’appelle ……….….. , j’ai …….… mois et je vis présentement à …….… . On ne se connait pas encore mais je sais que vous entendez parler de moi depuis très longtemps. Vous avez souffert en voyant mon futur papa et ma future maman m’espérer si longtemps. Vous pensiez que j’arriverai dans votre vie par une naissance et que nous aurions une filiation biologique. Maintenant, vous savez que je vais arriver par adoption et que nous aurons une filiation par le cœur.  
Comme vous vous en doutez, j’ai déjà vécu, à mon jeune âge, tout un destin ! Si ma vie avait été facile, je n’aurai pas eu besoin qu’on me trouve une nouvelle famille à l’autre bout du monde. C’est justement parce que j’ai déjà vécu de nombreuses épreuves que je souhaite que tout se passe le mieux possible lorsque je vais arriver dans la vie de mes nouveaux parents, et dans votre vie à vous aussi.
Une chose est certaine, mes grands parents auront besoin de vous avant, pendant et après mon arrivée car c’est un rôle nouveau et exigeant qu’ils auront à apprendre. Moi, je vais avoir besoin de vous pour le reste de ma vie, mais pas pendant les premiers mois... Je sais, c’est étrange. Une adoption, ce n’est pas tout à fait comme une naissance. Laissez moi vous expliquer pourquoi.
Dans le contexte d’une naissance, le bébé n’a pas encore vécu de mauvaises expériences lorsqu’il rencontre ses parents. Il connait sensoriellement sa maman biologique puis il va découvrir son papa puis vous doucement, tranquillement, par étapes.  Il ne vous viendrait pas à l’idée de vous imposer pour empêcher la maman de donner le sein ou de toujours remplacer le papa pour donner le biberon. Vous savez que pendant les premiers mois, le bébé a surtout besoin des soins de ses deux parents pour s’attacher solidement à eux avant de s’attacher solidement à vous par la suite.
Pour toutes sortes de raison complexes et qui ne sont pas de ma faute à moi. Je n’ai pas eu cette chance de rester physiquement, sensoriellementémotivement proche de ma maman et de mon papa. Ils ont disparu dans l’univers en me laissant en grand danger, à cause du choc physique et émotif de leur disparition. Oui, mon petit corps se souvient d’avoir eu peur, d’avoir été triste au point de ne plus vouloir vivre, au point de penser que je devais être un mauvais bébé, un bébé avec peu de valeur et d’importance pour qu’on arrête ainsi subitement de me protéger. J’étais bien trop petit pour comprendre que ce sont toujours des problèmes d’adultes qui causent des abandons, pas des défaut de l’enfant lui-même. Quand je serai plus grand, je vais pouvoir comprendre que ce n’est jamais jamais la faute des bébés lorsqu’ils sont abandonnés. Ce fut une grande épreuve mais j’y ai survécu. Car oui, je suis un survivant !  Vous savez, beaucoup de bébés humains se laissent mourir quand ils sont séparés de leur première maman. Pas moi ! Mais je ne savais pas que ce n’étais pas encore fini...
Ensuite, j’ai aussi dû survivre pendant des mois (ou des années) dans des conditions de vie difficiles. Les nounous à l’orphelinat (ou les membres de ma famille d’accueil) n’ont jamais pu donner tous les soins dont j’avais besoin :
1. Je n’ai pas mangé au moment où j’avais faim. J’ai dû attendre beaucoup et longtemps de ventre vide. La qualité de la nourriture  n’était pas non plus toujours au rendez-vous. Ma santé en est donc fragilisée.
2. Je n’ai pas été changé au moment où j’ai souillé ma couche. J’ai dû attendre avec des brûlures aux fesses et beaucoup d’inconfort. Cela a stressé mon corps inutilement.
3. Je n’ai pas été bercé pour m’endormir et personne ne m’a chanté des chansons. J’ai dû me bercer moi-même ou m’endormir d’épuisement plutôt que paisiblement.
4. Je n’ai pas été caressé, complimenté, chatouillé, encouragé à parler, à bouger, à marcher. Ce qui fait que je me suis beaucoup ennuyé. Je suis resté seul dans ma couchette presque toute la journée. Mon cerveau n’a pas eu la nourriture sensorielle, affective et cognitive nécessaire pour que mes neurones se connectent rapidement. Mon cerveau a pris du retard dans son développement.
5. Je n’ai pas été soigné immédiatement lorsque j’avais des coliques, des douleurs, des infections, des éruptions cutanées comme tous les petits bébés. J’ai dû me débrouiller tout seul, endurer en silence ou en pleurant jusqu’à l’épuisement ou jusqu’à ce que le sommeil me libère temporairement.
6. Comme personne ne m’a suffisamment protégé, j’ai sur-utilisé mes émotions de survie (colère, tristesse, peur) ce qui a nui au développement des autres fonctions de mon cerveau, celles qui existent pour apprendre que la vie est belle (joie, plaisir, désir).
7. Je ne me suis pas senti compétent, car quand je pleurais, personne ne me répondait, quand je voulais avoir des interdictions, personne ne s’occupait de moi. Je me sentais invisible. Mon estime de moi-même est donc fragile. Je ne suis pas certain d’avoir ma place dans l’univers.
8. Je n’ai pas développé mon langage, car personne n’a pris le temps de me parler, de me montrer le nom des objets ou de refléter mes émotions en les nommant.
9. Je n’ai pas été regardé dans les yeux avec amour, admiration, tendresse, fascination. Je n’ai pas appris à bien décoder les expressions du visage.

En écrivant cela, je ne veux absolument pas que vous ayez pitié de moi. Ce qui m’est arrivé est triste, injuste, mais je ne veux pas être vu comme une victime. Je veux être vu comme un survivant qui a plein de ressources. Je souhaite qu’on me regarde avec compassion pour tout le travail que j’aurai à faire afin de reprendre mon développement et avoir enfant un vie heureuse. Je suis résiliant mais cela ne suffira pas. J’aurai besoin de mes parents et de vous. Je veux que vous deveniez mes tuteurs de résilience. Comme on met un tuteur à un tournesol pour qu’il pousse bien vers le soleil, vous serez mes tuteurs pour pousser en beauté et en santé.
Votre compassion doit se porter surtout sur le fait que je n’ai été précieux, important, unique pour personne jusqu’à maintenant. Ce sera la blessure la plus douloureuse dont j’aurai à guérir. Bien plus que la malnutrition et la négligence. Je faisais partie d’un groupe d’enfant. Je n’étais pas un individu unique. Il y avait trop de nounous différentes, trop de changements de personnes dans ma vie. Je ne me suis jamais senti spécial, beau, intéressant et aimable parce que personne ne semblait aimer rester auprès de moi.
Plusieurs adultes m’ont donné des soins mais sans m’attacher à moi et sans que je m’attache à eux. Vous devez savoir que l’attachement n’a rien à voir avec l’amour. L’attachement c’est un lien fort, un lien permanent de sécurité, de confiance, de conviction, la conviction d’être tellement spécial pour quelqu’un qu’il ne vous quittera jamais. Lorsqu’un enfant est en relation d’attachement sécurisé avec son parent, il sait, il sait que son parent ne l’abandonnera jamais, qu’il répondra toujours à ses besoins et qu’il le protègera toujours des dangers. Le sentiment d’amour, pour un enfant, arrive dans son cœur et dans son âme après l’attachement comme on met une cerise sur le gâteau.
J’ai donc appris que j’étais petit, vulnérable, dépendant et que j’avais besoin d’un adulte pour survivre… De n’importe quel adulte. Ce qui sera le plus difficile et le plus important dans mon avenir c’est de réussir à faire confiance et à me sentir en sécurité avec mon nouveau papa et ma nouvelle maman. Le plus ardu sera d’abord de tisser avec eux un lien d’attachement solide et permanent alors que tous les autres lien que j’ai vécus ont été faibles et se sont coupés.  Tout mon être aura peur au début qu’eux aussi disparaissent, qu’eux aussi ne décodent pas mes besoins et n’y répondent pas de façon rapide, chaleureuse et prévisible, qu’eux aussi ne me voit pas comme spécial, unique, digne d’amour et d’investissement. Comment cela pourrait il en être autrement ? Jusqu’à mon adoption, je n’avais rien vécu d’autre ! J’ai appris avec courage à m’adapter, à m’ajuster mais pas à m’attacher.
Cela prendra du temps avant que je puisse me rassurer, reprendre des forces, m’attacher, m’accrocher à eux. Il faudra que ce soit eux seuls qui répondent à tous mes besoins de survie – me faire manger et boire, me consoler et me soigner- pendant plusieurs mois avant que je sois convaincu que c’est vrai, possible, réel et merveilleux. Cette étape m’est nécessaire avant de comprendre que je peux vraiment compter sur eux et qu’ils semblent vraiment aimer s’occuper de moi. Car l’attachement se tisse lorsqu’un enfant vit une détresse et que son parent apaise cette détresse. Cela devra se répéter des milliers de fois avant de s’imprimer dans mon cerveau pour toujours. 
Une fois que je serai rassuré, une fois que j’aurai senti et vécu ces liens apaisants, je pourrai confier ma vie, ma santé et ma sécurité à mes nouveaux parents. Je serai enfin disponible pour créer d’autres liens avec vous mes grands parents puis avec tous les membres de ma nouvelle famille.
Je sais que ce que je vous demande est difficile et très différent de vos espérances. Je sais aussi que vous avez vécu autrement l’arrivée de vos autres petits enfants. Vous trouverez pénible de ne pas pouvoir me cajoler, me câliner tout de suite. Cela vous demandera beaucoup de sacrifices. Vous devrez mettre vos besoins (bien légitimes pourtant) en pause pour quelques temps. .. pour  mieux reprendre ensuite, je vous le promets !
La meilleure façon de m’accueillir et de commencer à m’aier est de respecter le cocon physique et affectif dont papa et maman m’enveloppent. Plus je serai capable de fabriquer ce lien avec eux, plus je saurai ensuite comment le faire avec vous. Ce serait au dessus de mes forces de tisser quatre, cinq ou six liens en même temps. Cela ressemblerait tellement à ce que j’ai vécu en pré-adoption que je continuerai à entretenir des relations superficielles uniquement utilitaires pour le reste de ma vie. 
Il existe même un risque encore pire et très réel. Avec toutes vos années d’expérience comme parents, vous saurez très bien comment me consoler, me nourrir ou me faire boire. Vous saurez vous y prendre avec moi encore plus que mes nouveaux parents qui seront encore en apprentissage, nerveux, hésitants,  comme tous les nouveaux parents. Si vous prenez trop de place au début pour ne donner de base dont j’ai besoin, je risque de me sentir plus en confiance dans vos bras quand dans ceux de mon nouveau papa et de ma nouvelle maman. Il est donc possible que je crée un premier attachement plus solide avec vous qu’avec mes parents. Mais comme vous ne serez pas toujours là, je risque de me sentir abandonné de nouveau chaque fois que vous repartirez après une visite. Dès lors, je ne voudrai plus de mes  nouveaux parents et je continuerai à avoir des relations utilitaires avec eux, comme s’ils étaient d’autres nounous qui se rajoutaient à une liste déjà assez longue, rien de plus, rien de moins.
Imaginez le scenario catastrophe, avec toutes les meilleures tentatives du monde de votre part, avec votre désir de me connaître, de m’aimer, de me soigner, vous pourriez saboter le lien d’attachement que je dois tisser avec mes nouveaux parents et me faire souffrir à chacun de vos départs ?
Je sais que c’est la dernière chose que vous souhaitez.
Alors, comment pensez-vous m’être utile ? Comment commencerez-vous votre rôle de Papi et Mamie dès mon arrivée ? En prenant soin de mes parents.
En leur offrant de l’aide concrète, des petits plats, de l’aide pour les courses, le ménage…
En leur offrant une oreille attentive pour les écouter dans les juger et en leur disant que c’est normal de vouloir bien faire et de parfois échouer. En effet, que vous ayez adopté ou non vos enfants, vous êtes sûrement passés par là !
En respectant notre intimité totale durant les premiers jours. Puis en faisant de courtes visites pour jouer avec moi peut-être, mais pas tout de suite pour me soigner, me nourrir, me bercer ou me garder. Je vais ainsi me laisser apprivoiser pr vous, d’abord de loin comme le Petit Prince avec son renard mais sans compter sur vous pour ma survie, au moins au début.
En prenant des nouvelles de mes parents
En vous intéressant à la normalité adoptive
Puis quelques mois après l’adoption, quand mon Papa et ma Maman verront assez de signes d’attachement, ils auront besoin de répit.  YOUPI ! Et c’est à ce moment là que je me montrerai disponible pour m’attacher à vous. Vous pourrez venir me garder30 minutes, puis une heure puis deux heures pendant lesquelles vous pourrez enfin me bercer, me nourrir, me chatouiller, me chanter des chansons, jouer avec moi, me consoler, me coucher.
Vous savez, pour grandir en beauté, en santé, pour apprendre à m’aimer moi-même puis pour apprendre à aimer la vie, j’aurai besoin de vous et de toute la famille. Pas tout de suite, un peu plus tard, seulement, mais pour toujours.
Donnez-moi d’abord le temps de réparer  mes blessures d’attachement avec mes deux parents. Vous m’avez attendu pendant plusieurs années. Est-ce trop de vous demander encore trois ou quatre mois ? Notre nouvelle relation en sera encore plus belle, plus forte et plus utile pour vous et pour moi.
Je  vous remercie déjà car je sais que vous me comprenez mieux maintenant.
Je compte sur votre expérience et votre sagesse durement acquise pour soutenir mes parents dans leur nouveau rôle.
J’ai très hâte de vous connaître Il parait que lorsqu’on est prêt, avoir des grands-parents qui nous aiment et qui nous gâtent est une chose unique, spéciale et formidable !

---------------------------------, votre petit enfant"



jeudi 2 mars 2017

La Lune ou la promesse d' un demain.

La nuit est tombée, 
les bisous ont claqué, 
les souhaits de beaux rêves ont été formulés, 
et la lune s' est parée de sa plus belle robe argentée.
Seuls, nous savourons le moment de calme et soudain,
 le constat est fait...

 Nous l'avons fait, nous avons envoyé dans ce pays qui nous ouvre ses bras, ces morceaux de vie, ces rêves, ces espoirs.
Une larme perle dans mes yeux et dévale ma joue.
 Une larme qui contient tant de choses, tant de doutes, de voeux, de promesses, de coeur.
Et puis, alors que le sommeil de mon mari sonne à mes oreilles, mes yeux restent ouverts, et les images défilent... mon coeur refuse l' accalmie, ma tête est déjà là bas.
J'imagine déjà la prochaine étape, je spécule sur le temps qui doit encore s'écouler, et j' espère... encore...
J' espère que rien ne viendra entraver ses jours qui nous séparent, que la lune continuera à t'offrir sa jolie robe argentée, et que le sommeil s'invitera dans mes nuits.
Et, ce matin, alors que le soleil ce lève, je me rend compte que je ne peux t'offrir que deux choses pour le moment... mon espoir, et la robe argentée de la lune...
Parce que la lune c'est la promesse d' un demain.
 Et tant que je regarderai la lune plutôt que ton visage de bébé endormi, c' est que nous aurons encore le besoin d' un demain.

mardi 21 février 2017

Emergency



Dans le creux de mon estomac, juste un peu au dessus du diaphragme; elle est sourde, elle fait mal, elle me tord, elle ne me quitte pas. Comme une impression de mort imminente, mais à tout petit feu. Comme une sensation que tout m' échappe, alors que non, c 'est maintenant que tout ce joue.
La soumission, totale, entière, sans demi-mesure, a ceux qui, eux, sont à l' exact opposé de ma situation, et pour lesquels, cette sensation n' existe pas. 
Je parle du sentiment d 'urgence, tu sais, celui qui te laisse, haletant, fébrile, et qui te pousse a analyser chaque situation comme si c’était la dernière. Cette peur qui te fait devenir superstitieux, et qui te pousse à négocier avec des forces supérieures, juste pour essayer. 
Tu es là bas, assurément vivant(e), mais sans moi. 
Et j' ai cette urgence dans le ventre de remplir ma première mission si importante: leur dire que j' existe, moi, ici. 
Et j' ai cette urgence dans le ventre, qui me dit que plus je perd du temps avec tout ces papiers, ces signatures, ces démarches, ces prises de becs avec les escargots gribouilleurs, plus tu sentiras que je n' ai pas été à la hauteur. 
J' ai cette urgence dans le ventre, cette peur de ne pas être à la hauteur.
Ma première mission de maman, pour toi, mon enfant venu d ailleurs.
Ma première inquiétude, celle de toute maman, celle de ne pas savoir si je serai assez bien. 
Pourrais-je te mériter?

Alors je me déchaîne, je cours, je tourne, je vire, j' anticipe, et je rattrape. 
Alors je regarde l' homme de ma vie, ton papa, et je regarde ton frère et ta sœur. Et je me dis que j' ai su par le passé, leur prouver que je pouvais être à la hauteur. 
Oui mais toi? toi tu ne le sais pas, et ta véritable maman, celle qui me fait ce cadeau si précieux, a eu j' en suis sure cette même peur, cette même urgence. Celle de faire le meilleur choix et d être a la hauteur pour toi. 
Et, tu ne t 'en rendras pas compte de suite, mais cette maman, ta première maman, a surement fait preuve de beaucoup d amour, et à été a la hauteur, pour que l' on puisse te confier à moi. Et je suis sure, que où qu' elle soit, le sentiment d 'urgence que je ressens aujourd’hui , ne la quitte jamais. C 'est faire preuve de beaucoup de courage que de prendre les bonnes décisions, du moins, celles qui sont les plus justes. 

Pour le moment, je me dis que tu grandis, encore, sans nous., Et je me dis que le mieux que j' ai a faire pour toi, est de te faire déjà exister dans nos vies. 
Pour le moment je reste avec mon sentiment d' urgence, dans le creux du ventre, celui qui me dit que je suis déjà ta maman, et que cette première mission que l' on ma confié, même si elle n' est pas concrète pour toi, est celle qui fera que chaque jour je me rapprocherai un peu plus de toi. 
Pour le moment j' apprend a vivre avec ce sentiment d 'urgence, j' essaie de l' apprivoiser. Et, je te le jure, je vais essayer d 'en faire quelque chose de bien plus grand encore, de le transformer en éclats de rires, en sourires, en amour tout simplement. 
Parce que cette urgence ne prend sa source que dans ma peur de ne pas etre a la hauteur, 
Parce que cette peur n' est rien d autre que le questionnement qu' ont toutes les mamans, 
Parce qu' etre maman c 'est ca, c 'est aussi avoir le courage de ne pas être parfaite et d 'essayer malgré tout de faire au mieux par AMOUR. 
Mon urgence, c est toi. 
Mon urgence , c 'est nous. 
Mon urgence, c 'est notre famille. 
Mon urgence, c est de vous mériter, vous 3, mes enfants. 




lundi 6 février 2017

Il était une fois... 2 femmes

"Il était une fois deux femmes
Il était une fois deux femmes
Qui ne s'étaient jamais rencontrées.
L'une dont tu ne te souviens pas,
L'autre que tu appelles « Maman ».
Deux vies différentes
Dans l'accomplissement d'une seule, la tienne.
L'une fut ta bonne étoile,
L'autre est ton soleil.
La première te donna la vie,
La seconde t'appris comment la vivre.
La première créa en toi le besoin d'amour,
La seconde fut là pour le combler.
L'une te donna tes racines,
L'autre te donna son nom.
La première te transmit ses dons,
La seconde te proposa un but.
L'une fit naître en toi l'émotion,
L'autre calma tes angoisses.
L'une reçut ton premier sourire,
L'autre sécha tes larmes.
L'une t'offrit en adoption,
C'est tout ce qu'elle pouvait faire pour toi.
L'autre pria pour avoir un enfant,
Et le destin la mena vers toi.
Et maintenant, quand en pleurant,
Tu me poses l'éternelle question,
Héritage naturel ou éducation ?
De qui suis-je le fruit?
Ni de l'une ni de l'autre mon enfant,
Tout simplement de deux formes différentes de l'AMOUR"


Ce texte n' est pas de moi, il est d ailleurs d un auteur inconnu. 
Mais.... il me retourne tellement que je voulais le coucher sur mon blog.
Profitez...

samedi 28 janvier 2017

Le puit d ' Amour

Je pense à toi,
A chaque moment de la journée, mes pensees vont vers toi.
Et je parle de toi, a peu pres tout le temps... quand je vois mes pépins, je sais maintenant qu' il en manque un.
Les gens ne comprennent pas la place que tu as déjà dans ma vie, et combien il a ete difficile d 'arriver jusque là.
Les gens ne comprennent pas que ce projet, c 'est le projet d une vie.

Et je pense à toi, à ton futur prénom, a ta future chambre, à ce qu' il faudra que j' amene dans les valise quand viendra le moment d aller te chercher.
Et je pense à toi, au coup de téléphone qui nous sortira de l' anonymat, et qui fera que nous serons encore un peu plus dans nos pensées.
Et je m' emballe, et je parle de toi avec ton papa, et aussi tes frere et sœur, et nous pensons au futur.

Et je pense à toi quand il s 'agit de remplir un papier, gravir des montagnes, en me disant que toi, qui est écrit dans notre destin, tu nous attend autant que nous t 'attendons.

Alors je prend mes plus beaux stylos, ma plus belle écriture, et mon plus beau sourire, parce que là, derrière ces mots, ces photos, ces questionnaires, ces signatures... tu es là.

Et je pense à toi, toutes les secondes de toutes les minutes, de toutes les heures. Et mon sourire ne me quitte pas parce que je sais que bientôt... bientôt... nous te connaîtrons, et tu feras enfin partie de nos vies autrement que par la pensée!

Je pense à toi, et je t 'envoie par delà les océans, les montagnes et les plaines, tout l' amour que j' ai déjà pour toi.
Parce que bientôt ce ne sera que du passé.
Parce que bientôt, le courage je le puiserai dans tes yeux quand toi tu puiseras de l' amour dans mon cœur
.

samedi 14 janvier 2017

Merci Destin

Tout a commencé...
Et ils sont liés... tout les 3.
L' un est né le jour où le second est fêté, et où j' ai su que le troisième arrivait.

Ils sont liés, ils sont faits pour être frères et sœurs. Ils partagent cette journée.
Et nous, nous sommes là, pantois, témoins de ce lien qui se fait. Seuls conscients de cette particularité qui les unit.

Il n' y a pas de hasard.
Cela devait être écrit dans le grand livre du destin.

Alors même que ce petit troisième n' est pas là, et évolue dans ce monde qui nous est inconnu, il est déjà relié par ce fil invisible qui nous montre qu' il sera à sa place ici.

Tout à commencé... Aujourd’hui ’hui. Jour si spécial. au dixième anniversaire de l' aîné, à la fête de la seconde...
J ai su, nous avons su, aujourd’hui, que tu arrivai, bientôt. Toi que je ne connais pas. Mais que je ressens si fort.
Je ne sais pas encore qui tu es, fille ou garçon, jeune enfant ou bébé... on ne m' a pas encore présenté qui tu es. mais cela viendra bientôt. Et je serai enfin ta mère...

Le destin a encore frappé. Et pour notre plus grand bonheur.
J' espère juste que demain, quand j' ouvrirai les yeux, ce sera encore ma réalité, et la tienne.

Merci Destin.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...